Retamabuy – La lueur des abjects. / Gocho Versolari, poète

 

L’arrivée et le contact entre le peuple «Pack» et la civilisation occidentale a été bref, mais intense. Selon un journaliste qui a tenté d’enregistrer la culture du «Peuple Oiseaux» tel qu’il était connu, il a conclu qu’ils manifestaient une attitude d’opposition systématique aux coutumes de la société d’accueil. Ceux qui se sont opposés à l’arrivée de la meute et à une éventuelle assimilation, ont affirmé que c’était un comportement hostile, une réaction presque guerrière qui remettait en question les valeurs de la société qui les accueillait.

À l’autre extrémité du spectre, ceux qui admiraient le «Pack», leur spontanéité et l’originalité de leur art et de leur culture, ont affirmé qu’il était possible que la civilisation occidentale se soit trompée et que le peuple Pack, suivant ce qu’il considérait comme le meilleur, ait choisi les options opposé dans le cadre d’une réaction à la recherche de santé et d’authenticité.

Au moment de la première présentation du peuple «Pack» les principaux pays occidentaux étaient confrontés à une forte crise économique. Parmi les régions les plus pauvres, celles qui subi des violences et des souffrances extrêmes cherché à atteindre les pays dits centraux où le niveau de vie était plus élevé. Non seulement des lois ont été adoptées qui entravent ou interdisent l’immigration, mais les immigrants etaient considérés comme des criminels potentiels, des êtres cruels sans principes. La propagande officielle a distingué les riches classes moyennes des pays dits du centre avec cette vague d’immigrants. Ainsi, dans une première étape, le peuple «Pack» ont été invitées à participer à des réunions dans des endroits choisis, mais face à un contact croissant avec la civilisation, elles ont rejeté les invitations et fréquenté les organisations d’immigrants ou les bidonvilles et de nombreuses femmes «Packs» ont choisi entre ces gens leurs amants ou leurs maris, produisant avec cette attitude un grand scandale de dirigeants et de représentants du statu quo.

Dans les rapports qui cherchaient à élucider la raison de cette attitude qui les a amenés à intégrer ceux que la société considérait comme des abjects, les «Pack» a toujours répondu de la même manière: «Eux, les pauvres, dégagent une forte lueur (Retamabuy). Ne peuvent-ils pas le voir?» Les autres membres remarquables de la société ont répondu qu’ils ne le voyaient pas. Pour eux, par une nuit noire, la seule lumière provenait des étoiles ou de l’électricité.

L’un des sept penseurs Pack a approfondi l’explication en déclarant: «Ce sont les abjects, ceux qui ont été jetés de l’autre côté du mur qui separe les classes aisées des pauvres. De cette façon, le souci de ces personnes est de trouver de la nourriture, de protéger la vie; lutter contre la mort jour après jour. C’est ce qui produit l’éclat que nous seuls le peuple «Pack» pouvons voir . Les autres, qui ont leurs moyens de subsistance assurés, cherchent des choses que nous pourrions définir comme superficielles, comme des contingents et c’est peut-être pour cela qu’ils ne font pas la lumière.

Un autre penseur Pack a écrit un livre érotique sur l’union avec les immigrants. Les femmes «Pack» étaient très belles et deshinibidas en termes de problèmes sexuels. Le livre en question expliquait toute une culture sexuelle qui allait des mots, des expressions, des regards aux positions pendant les rapports sexuels. Le livre s’intitulait Retamabuy hotoh qui pourrait être traduit par «La lueur passionnée des abjects»

Au cours des trois années que dura la «visite du Pack» et qui se termina brusquement par la «grande évaporation», de nombreux enfants métis sont nés par les unions officielles ou non entre le peuple «Pack» et les abjects, fortement rejetés par la civilisation occidentale. Dans la «grande évaporation» susmentionnée, ces enfants sont partis avec le peuple des oiseaux, qui a également emmené avec eux un grand nombre de personnes que la société d’accueil considérait comme des «abjects».

 

Mon désespoir te baise doucement à l’aube

Nu_rouge_3_by_Renoux

Mon désespoir est ce qui te prend par la taille,

celui qui vous regarde,

celui qui vous pénètre dans les nuits sans lune,

celui qui capte vos gémissements

et les transforme en manne.

 

Tu voles sur le dos d’un oiseau noir

avant de me percher sur mon sexe,

d’agiter à travers les nuages ​​de l’aube,

pour remplir mon ventre de mouettes,

et crier mon silence.

 

Je mélange mon humiliation avec ta chair blanche

et dans l’orgasme

Je génère des points bleus et chauds

sur votre pubis

excelsísimas (165)

GOCHO VERSOLARI

Comenta. Comenta. Son importantes tanto las caricias como las bofetadas.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.